Définition : avers d’une pièce 

« L’avers » est un terme couramment utilisé en numismatique. L’avers d’une pièce désigne le côté « face » d’une pièce de monnaie en langage populaire. Le terme avers peut également être utilisé pour qualifier la face d’une médaille, d’un sceau, d’une gravure ancienne, etc. Le mot « avers » tire son origine du mot latin adversus « tourné » qui signifie « qui est en face ». Dans la littérature spécialisée en numismatique, il n’y a pas de règle établie pour définir le côté d’une pièce. Toutefois, l’avers d’une pièce de monnaie comporte généralement quelques éléments distinctifs. Ainsi, on y trouve souvent le portrait d’un roi, du temps de la monarchie ou celui d’un président de la République pour les pièces actuelles. On peut aussi distinguer les armoiries ou le monogramme qui symbolisent un règne ainsi que le nom de son émetteur : un pays, une banque centrale ou un Roi. En général, l’avers d’une pièce de monnaie est aussi appelé « têtes », car il est caractérisé par la présence de la tête d’une personne importante dans le pays. L’autre face opposé d’une pièce est appelée le « revers » ou le « côté pile ». Il existe des cas où il est difficile de distinguer l’avers d’une pièce de son revers. 

Les caractéristiques de l’« avers d’une pièce »

Les principaux éléments qui caractérisent l’avers d’une pièce sont : 

  • Le champ : c’est la partie de la pièce qui reste à plat, sans dessin gravé dessus. En fonction de la préparation de l’atelier monétaire et/ou de l’état du coin destiné à la frappe, celui-ci peut avoir un aspect « miroir » ou un « flan bruni ». En terme simple, le champ peut avoir un relief brillant ou mat.
  • Le module : c’est le diamètre, le titre et le poids d’une pièce. L’Union latine permet aux pièces de monnaie de différents pays d’avoir cours légal, car elles ont le même poids, la même taille et la même dénomination dans ces pays.
  • Le listel : c’est le bord de la pièce qui forme un bourrelet circulaire. La pièce est frappée sur les côtés pour être plus résistante à l’usure.
  • La légende : c’est le texte inscrit autour du portrait présent sur une pièce. La légende est généralement le nom de l’émetteur de la pièce.
  • La Signature du graveur : elle peut se présenter sous différentes formes comme une signature complète du graveur ou une abréviation ou ses initiales ou un symbole qui permet de l’identifier. La signature fait son apparition sur les monnaies au XVIIe siècle.

Les avantages de l’« avers d’une pièce »

Une monnaie a pour fonction de servir comme moyen d’échange dans un pays ou à l’extérieur de celle-ci si elle est reconnue par les autres pays. L’état qui l’émet doit en garantir la valeur, car sa première fonction est de servir dans les transactions commerciales ou entre particuliers pour être échangée contre des biens ou des services. L’avers d’une pièce de monnaie permettra de l’identifier facilement et par la même occasion de reconnaitre son émetteur au premier coup d’œil. Les symboliques et effigies apposées évoquent le pouvoir de l’État qui l’émet et caractérisent sa puissance. En effet, du temps de la monarchie, le profil du Roi état représenté sur les avers d’une pièce de manière à représenter sa puissance et celui de son gouvernement. S’il n’est pas précisé sur l’avers, le revers d’une pièce comporte généralement des informations concernant le rôle d’une pièce et sa valeur faciale en tant que moyen d’échange et son millésime. La légende supplémentaire reflète souvent la culture ou le gouvernement du pays émetteur, ou fait allusion à un aspect territorial de ce pays.



Découvrez aussi nos articles de Blog