Définition : Bimetallisme, le principe

La théorie bimétalliste est un système monétaire basé sur deux métaux précieux, généralement l’or et l’argent. Il est librement échangeable sous des formes fixes et invisibles, de sorte que la monnaie doit être doublement garantie.

Ces deux métaux, qui servent aussi d’étalons, sont utilisés pour l’échange et le commerce. Le bimétallisme par opposition au monomérisme garantit la légitimité d’un seul métal.

Les limites

La Loi de Gresham

Selon la « loi de Gresham », lorsque deux pièces légales sont en circulation dans un pays, la mauvaise monnaie se débarrasse de la bonne.

D’après cette loi, « lorsque dans un pays circulent deux monnaies dont l’une est considérée par le public comme bonne et l’autre comme mauvaise, la mauvaise monnaie chasse la bonne ».

Dans un système monétaire bimétallique, quand les pièces d’or et d’argent circulent simultanément avec un taux de change légal fixe, les acteurs économiques préfèrent détenir et thésauriser la « bonne » monnaie. Sinon, ils utilisent de la « mauvaise » monnaie pour payer leurs trades afin de s’en sortir le plus rapidement possible. Cela crée des comportements qui menacent tout l’équilibre économique.

Le bimétallisme, entre cours fixe et cours libre

Dans une opération basée sur le bimétallisme, l’or et l’argent en tant que pièces ont une valeur associée à un cours légal fixe. Cependant, les métaux précieux ont également un cours gratuit lorsqu’ils sont sous forme de matières premières ou de lingots. Sous ces formes, le prix de l’or et de l’argent varie selon les marchés, et dépend donc de l’offre et de la demande (hausse ou baisse des mines de métaux, découverte de gisements, etc.).

Par conséquent, une différence substantielle peut exister entre la valeur de la pièce et la valeur des matières premières. Les possibilités offertes par le bimétallisme sont immédiatement exploitées par les spéculateurs pour leur enrichissement personnel. Cela mettrait en péril tout l’équilibre monétaire.

Par exemple, un cours légal fixe officiel est de douze unités (en poids) d’argent valant 1 unité d’or, tandis que le prix du marché libre est de 10 pour 1 (c’est-à-dire que l’or a une valeur inférieure au prix officiel). Dans ce cas, nous pouvons mettre en évidence plusieurs mécanismes qui mettent en péril un système basé sur la théorie bimétallique.

Cours légal et cours du marché, la différence

Achetez de l’argent contre de l’or au prix du cours légal (pour cinq unités d’or, ils obtiendront soixante unités d’argent) et revendez-le sur le marché (où soixante unités d’argent valent six unités d’or, permettant aux revenus d’obtenir 1 unité d’or). Les réserves monétaires de la banque centrale sont vides. Pour les reconstituer, elle en achète sur le marché (donc plus cher que le prix légal) et elle paie la différence.

Spéculation

Il y a aussi des spéculations sur une réévaluation de l’argent. Le principe est d’apporter de l’or à la banque centrale pour monnaie de remplacement (au taux de 5 pour 60), d’attendre que l’État fixe le prix au pair relatif réel (10 pour 1 par exemple), et de se retirer. Donc, profiter de plus d’or qu’au départ (à la nouvelle coupure, 60 unités d’argent valent 6 unités d’or : la même augmentation que lors de l’opération précédente).

Thésaurisation

Cela incite les gens à acheter de l’or, et surtout pas avec de l’argent pour épargner plus tard. En effet, la thésaurisation ou la revente sur le marché des métaux primerait. L’argent va donc disparaître de la circulation pour entrer dans le marché ou la thésaurisation des métaux.

Fraude

Le mécanisme de fraude est très simple. Lorsque le prix du métal argenté baisse, les pièces d’or sont utilisées pour acheter du métal argenté. Ceci est utilisé pour fabriquer de la fausse monnaie qui a une valeur nominale et augmente donc en valeur. Ces pièces sont mises en circulation, en échange de véritables billets ou pièces qui sont convertis en or au cours officiel. Cet or est ensuite utilisé pour acheter du métal argenté afin de recréer ce mécanisme. Avec une telle marge, les contrefaçons peuvent être faites par titre et par poids.

L’instabilité causée par les limites de la théorie bimétallique a progressivement conduit à son abandon. Cela a conduit au monothéisme, à l’utilisation d’un seul étalon monétaire, l’or.

Découvrez aussi nos articles de Blog