Définition : « Flan mat »

Le terme « flan mat » fait référence à une pièce de monnaie frappée avec des coins sablés et ayant une finition satinée. En numismatique, le flan est un morceau de métal, précieux ou non, auquel on a donné une forme ronde pour fabriquer une pièce de monnaie. Le processus de fabrication d’une pièce est appelé « la frappe » et pour ce faire, un coin monétaire est requis. Avant d’être « frappé », le flan doit être pesé et correspondre aux normes de poids requis. La fabrication de pièces de monnaie était différente si elles étaient destinées à la circulation ou à la collection. Le procédé de frappe ainsi que le coin utilisé aussi étaient différents dans ce cas. On distingue donc deux étapes essentielles à la fabrication d’une pièce de monnaie. Le premier est la fabrication des flans destinée à être les futures pièces et le deuxième est la fabrication des coins qui sont censés graver les motifs de la pièce et lui donner son relief et son brillant. On distingue deux types de flans : les flans mats, dont l’aspect, est satiné et les flans brunis dont l’aspect est poli.

Caractéristiques d’un « Flan mat »

La tranche de la pièce de monnaie à flans mats peut être lisse, striée ou cannelée. Il existe un texte législatif qui détermine le poids des flancs destiné pour la frappe de pièce de monnaie ainsi que la tolérance de poids acceptée. En prenant l’exemple des pièces d’or de 20 francs, mises en circulation en France jusqu’en 1914, la tolérance de poids est de plus ou moins 2 pour mille. Ainsi, si le poids normal d’une pièce devait être de 6,4516 grammes, les flans pesant entre 6,4387 et 6,4645 grammes peuvent servir à la frappe. Les flans qui sont largement en dessous du seuil de tolérance sont directement refondus. Par contre, ceux qui dépassent le seuil peuvent être limés ou refondus si l’écart est trop grand. Quand une pièce a été mise en circulation pendant un certain temps, son poids diminuera. Cette différence de poids s’appelle le « frai ». Autrefois, la frappe des pièces était faite travers un balancier manœuvré par 7 à 8 hommes. Le coin d’avers (côté pile, en langage courant) était placé en haut, le coin du revers (côté face) était positionné en bas (ou inversement) et le flan était placé entre le deux. La machine frappait le flan à travers les coins sablés pour obtenir une pièce avec des reliefs satinés.  

Les avantages d’un « Flan mat »

Pour obtenir une pièce de monnaie « flan mat », c’est à dire une pièce au fini satiné, il est important de respecter les techniques de frappe des flans des pièces. Le sablage des coins utilisés dans la frappe lui donne le rendu mat tant recherché ainsi que son caractère unique, que beaucoup de collectionneurs convoitent. C’est le cas des premières années des Semeuses en argent ou du Coq de 20 francs. En numismatique, trouver une pièce à flan mat est très important, surtout pour les collectionneurs de pièces. En effet, le velours de frappe d’une pièce disparait petit à petit quand elle est mise en circulation. Ainsi, une pièce d’or ou d’argent ayant conservé son flan mat d’origine est très recherchée. La valeur de la pièce dépendra de sa rareté, mais aussi son état de conservation. Plus une pièce est rare et bien conservée, plus elle se vendra à prix d’or. Ainsi, il est conseillé à tout collectionneur de bien préserver ses pièces dans ses emballages spécialisés pour pouvoir la revendre au meilleur prix.



Découvrez aussi nos articles de Blog