Définition : malléabilité

En science des matériaux, la malléabilité est la capacité d’un matériau à subir une grande déformation plastique sous contrainte de compression. La contrainte de compression et la contrainte de traction sont deux choses opposées. Les parties adjacentes du matériau se pressent facilement les unes contre les autres par le biais d’un plan de contrainte typique. S’il est malléable, le matériau peut être aplati en feuilles minces par martelage ou laminage. Les matériaux ductiles peuvent être aplatis en tôles. De nombreux métaux à ductilité élevée ont également une ductilité élevée. L’or est le plus malléable par rapport aux autres létaux précieux. L’or est un métal jaune vif, rougeâtre, solide, mou, malléable et malléable. Il peut être étiré en un monofilament, puis étiré environ deux fois avant de casser. Ces nanofils se déforment par formation, réorientation et migration de dislocations et macles cristallines sans raideur apparente. Un gramme d’or peut être forgé dans une plaque d’or de 1 mètre carré.

Les caractéristiques de la malléabilité

L’or est un métal inaltérable, malléable et aussi résistant. Il est représenté chimiquement par le symbole Au et est un métal lourd d’une densité de 19,5. C’est le 79e élément du classement de Mendeleïev. Il est immuable, ne rouille pas. Sa masse atomique est de 196 967, son point de fusion de 1064 °C, son point d’ébullition de 2960 °C. Dans des conditions naturelles, il ne se combine qu’avec le mercure. Dans des conditions spécifiques de température et de pression, il se combine avec certains éléments rares (à savoir le brome, le chlore, l’iode).

C’est le métal le plus malléable et ductile. Il est travaillé à froid sous forme de feuilles n’excédant pas un dixième de micromètre (c’est-à-dire un dixième de millimètre) ou de fil d’un diamètre n’excédant pas un micromètre. Avec un gramme d’or, il est possible de fabriquer un fil de 3 km de long ou une plaque d’une surface d’un mètre carré.

Il est résistant : sa limite élastique est de 4 kilos par millimètre carré et sa charge de rupture est de 13 kilos par millimètre carré.

Il se soude facilement sur lui-même. C’est un très bon conducteur d’électricité et de chaleur. Il permet de s’allier avec d’autres métaux (argent, cuivre, nickel, platine, palladium, etc.).

Les avantages de la malléabilité

L’or est immuable, il résiste à l’oxydation et à la corrosion. Très peu de produits chimiques peuvent attaquer l’or. Il a aussi l’avantage de ne pas être rouillé.

Le métal jaune dure des millénaires. C’est pourquoi nous pouvons trouver des objets en or qui ont passé des centaines d’années sous terre sans dommage. L’or reste indifférent à ces conditions. Même s’il passe des centaines d’années sous l’eau, il ne perdra pas sa qualité et sa couleur sera toujours la même. Ce métal précieux a un avantage pour les bijoux : il peut être réchauffé à l’infini sans jamais perdre en valeur et en qualité. L’or est très malléable, on dit qu’il est ductile, ce qui signifie qu’il a la capacité de se déformer sans se casser. Un métal ductile est idéal pour façonner de petits objets, parfois de forme technique, tels que des bijoux.

Ce métal a un prix de marché et il fluctue quotidiennement. Ce prix est fixé en fonction de la quantité et de la demande d’or : c’est la loi de l’offre et de la demande. Le prix est en corrélation avec sa rareté, car le métal est dit très rare. On le trouve en petite quantité dans la nature. Ce qui justifie son prix, c’est aussi la très forte demande des consommateurs, qui en veulent toujours plus. La demande est supérieure à l’offre d’or. Il existe plusieurs qualités d’or sur le marché, c’est-à-dire différentes nuances.

Découvrez aussi nos articles de Blog