Définition : or bleu

L’ajout d’alliages de métaux à l’or pur lui permet non seulement d’avoir une dureté à l’épreuve du temps, mais aussi de bénéficier d’une large gamme de spectres de couleurs. En effet, à part la couleur jaune, qui est la couleur naturelle de l’or, on peut la trouver dans d’autres couleurs telles que le rouge, le rose, le vert, le bleu, le violet, le noir, le blanc ou le gris. Aujourd’hui, les joailliers sont en mesure de proposer un large choix de couleurs d’or selon les besoins de sa création ou de sa clientèle. Il lui suffira de jouer entre les types de métaux utilisés dans l’alliage et de doser leurs proportions par rapport à l’or pur.

Pour le cas de l’or bleu, il s’obtient essentiellement par un alliage entre l’or pur et le fer. Ces deux métaux précieux ont joué un rôle prépondérant dans l’histoire de l’humanité. Une fois assemblée, l’union de ces deux métaux donne naissance à un alliage d’or brillant, de couleur blanc métallique. Un traitement thermique et le talent d’un orfèvre expérimenté permettront d’oxyder les molécules de fer contenues dans l’alliage, qui vont recouvrir la surface de l’or d’une nuance de bleu exceptionnelle. Une fois la surface stabilisée, en durcissant, elle retiendra en dessous le « secret de l’or bleu ».

Caractéristiques de l’or bleu

Initialement, l’or bleu s’obtient en ajoutant du nickel à un alliage d’or et de fer. L’ensemble est ensuite traité thermiquement pour oxyder et libérer les atomes de fer qui vont donner la belle couleur bleue de l’or. 

Pour obtenir de l’or bleu de 18 carats, les proportions sont : 75 % d’or fin, 24,4 % de fer, 0,6 % de nickel. Pour de l’or bleu de 11 carats, il faudra 46 % d’or fin, et 54 % d’indium. On peut aussi faire un alliage d’or bleu à base de 75 % d’or pur et de 25 % de fer ou de cobalt.

Un traitement thermique de 450 à 600° permettra par suite la formation d’une couche d’oxyde bleu qui se déposera sur l’or. L’or bleu couleur saphir de 20 à 23 carats s’obtient avec l’alliage de l’or au ruthénium, au rhodium et de trois autres éléments. Un traitement thermique à 1800 °C de l’ensemble permettra la formation en surface d’une couche d’oxyde de couleur bleue de 3 à 6 micromètres d’épaisseur. Suite à l’arrêté du 18 juillet 2000, l’utilisation du nickel est très contrôlée, voire interdite si les normes de quantité ne sont pas respectées. Ceci, en raison des risques nocifs qu’il représente pour la santé et de ses propriétés allergènes. 

Les avantages de l’or bleu

Investir dans l’or est toujours une excellente option pour placer son argent. Quelle que soit la forme de l’or acheté : en lingot, en pièces d’or, en bijoux ou en titres, l’or est une valeur refuge. Sa valeur est constante dans le temps contrairement à la monnaie fiduciaire. Elle est très liquide et facilement convertible en cas de nécessité. Elle est aussi une valeur protectrice en cas d’inflation. Investir dans l’or est un toujours une démarche rentable et peu risquée par rapport aux autres formes d’investissement possibles. L’or est utilisé dans tous les domaines actuellement, aussi bien en bijouterie que dans l’industrie électrique ou l’informatique, dans la santé, etc. La demande en or ne cesse d’augmenter. L’or bleu est un or que l’on ne voit pas souvent dans les créations des bijoutiers classiques. Mais les connaisseurs et les passionnés savent très bien qu’un tel produit est rare et exceptionnel. En effet, la technique de fabrication de l’or bleu requiert une grande expertise du processus de traitement thermique que seuls les orfèvres et bijoutiers chevronnés maitrisent. L’or bleu répond à la demande d’une clientèle à la recherche d’originalité, de style et d’exception.



Découvrez aussi nos articles de Blog