Définition : or vert

L’or pur de 24 carats, 999,99 millième, est connue pour sa couleur naturelle jaune dorée. Néanmoins, à part pour en faire des lingots et des pièces d’or, il faut le fondre avec d’autres métaux pour pouvoir le travailler. En effet, l’or est un métal très mou. Les alliages comme le cuivre, l’argent, le zinc, etc. permettent de le solidifier. En fonction de l’association choisie, il est possible de décliner l’or en différentes couleurs comme l’or blanc, l’or rouge, l’or rose, l’or bleu, l’or noir et l’or vert, etc.

L’or vert, connu également sous nom grec « Electrum », est de l’or dont la couleur varie du jaune pâle au jaune vif avec des reflets vert ou cuivré selon le type d’alliage utilisé. L’or vert peut être obtenu de manière naturelle par l’alliage de l’or pur et de l’argent à 250,00 ‰ ou de manière artificielle, ce qui est rare, par l’association de l’or pur au cadmium ou au cuivre. L’or vert est très apprécié par les Scandinaves. Il était également très utilisé dans l’Antiquité pour la fabrication de pièces de monnaie en or.

Caractéristiques de l’or vert

L’or vert était connu des Lydiens dès 860 av. J.-C. sous le nom d’Electrum : un alliage naturel d’argent et d’or que l’on trouve naturellement dans des proportions variables. Le cadmium peut également être ajouté aux alliages d’or pour donner un or de couleur verte, mais son utilisation pose des problèmes de santé, car le cadmium est jugé très toxique. L’alliage de 75 % d’or, 15 % d’argent, 6 de cuivre et 4 métaux produit un alliage vert foncé. La réflectivité de ce métal oscille entre le jaune, le vert clair et le vert plus prononcé. 

En or vert 18 carats, les proportions d’alliage sont de 75 % d’or et 25 % d’argent. Pour l’or vert 14 carats, il y a 58,5 % d’or, 32,4 % d’argent, 8 % de cuivre et 0,2 % de zinc. Dans les temps anciens, il était utilisé pour frapper des pièces de monnaie en Lydie et en Grèce. Égyptiens et Américains l’utilisaient pour décorer leurs bijoux, leurs armes, leurs matériaux ou leurs statues, mais aussi les sommets des tours et des pyramides. Les Lydiens comptaient sur la rivière Pactole, une source naturelle d’or. Des fouilles américaines à Sardes confirment l’existence d’une fonderie d’or et d’argent. Les dépôts métalliques trouvés sur les pièces en céramique sont également de l’or et de l’électrum.

Les avantages de l’or vert

L’or vert de 18 carats contient de l’or pur à hauteur de 750/1000 et de l’argent pur à 250/1000. Ces deux métaux étant très mous, l’or vert est donc très malléable. Aujourd’hui, son utilisation est plus conseillée dans la fabrication d’éléments de décoration que pour en faire des bijoux. Par contre, dans les temps anciens, pour la fabrication de pièces de monnaie en or, l’utilisation de l’or vert ou électrum était jugé bien mieux que l’or jaune pour la frappe. Une pièce de monnaie en or vert est dure et durable dans le temps. Par ailleurs, l’affinage de l’or pur n’était pas encore largement exploité à l’époque. Selon les études comparatives, il y avait une grande différence notable entre la teneur en or de l’électrum de l’Anatolie occidentale moderne (70 à 90 %) et celle de la monnaie lydienne ancienne (45 à 55 %). Ceci indiquait que les Lydiens étaient plus avancés dans les techniques d’affinage de l’argent. Ils ajoutaient déjà de l’argent affiné à l’électrum natif local pendant quelques décennies avant de frapper leurs pièces en argent pur.

Découvrez aussi nos articles de Blog