Définition : Rognage

En numismatique, le rognage est une pratique frauduleuse qui consiste à récupérer à travers le limage une partie du métal précieux utilisé pour fabriquer la pièce de monnaie. Cette pratique permet de récupérer quelques décigrammes ou centigrammes du métal précieux. C’est le cas de certaines pièces de monnaie retrouvées sur les sites archéologiques qui ne possèdent plus leur rondeur d’origine.

Le rognage de pièce de monnaie est considéré comme un crime et est sanctionné au même titre que la contrefaçon. En octobre 1690, pour avoir rogné 40 pièces d’argent, Anne Rogers et Thomas Rogers furent exécutés. C’est un crime qui est assimilé à la haute trahison. Jusqu’au XVIIè siècle, les pièces étaient frappées au marteau et présentent donc de contours irréguliers. Il était donc difficile de tracer ces pratiques.


Pour limiter le rognage des pièces de monnaie, certaines d’entre elles comportaient de motifs comme une croix. L’émission des pièces aux contours réguliers grâce à la frappe au balancier a permis de remédier à ces pratiques. Les maîtres graveurs dessinaient des listels ou grènetis sur le bord des matrices des monnaies. La gravure de la tranche des pièces de monnaie fut aussi considérée comme une technique anti-rognage. Inventée par Isaac Newton en 1699, cette technique a perduré jusqu’aujourd’hui. L’utilisation de métaux ou alliages de faible valeur constituait aussi une solution visant à limiter le rognage des pièces de monnaie. Une autre méthode anti-rognage constituait à mettre en circulation des pièces de monnaie percées. La France a utilisé cette méthode lors de la Première Guerre mondiale. 1000 pièces de monnaie ont été taraudées en leur centre. Le métal récupéré est utilisé pour fabriquer des armes.

Découvrez aussi nos articles de Blog